Soutenance de thèse de Alicia JACQUOT

Ecole Doctorale
ESPACES, CULTURES, SOCIETES - Aix Marseille
Spécialité
Sociologie
établissement
Aix-Marseille Université
Mots Clés
partenariat,éducation populaire,Education Nationale,division du travail éducatif,atelier relais,décrochage scolaire
Keywords
Partnership,popular education,National Education,educational division of labor,atelier relais,school dropout
Titre de thèse
Les ateliers relais, sociologie d’un partenariat entre Education populaire et Education Nationale
The "ateliers relais", sociology of a partnership between Popular Education and National Education
Date
Jeudi 8 Juillet 2021
Adresse
LEST CNRS 35 Avenue Jules Ferry 13626 Aix-en-Provence
Salle 1
Jury
Directeur de these M. Thierry BERTHET Aix Marseille Université/ LEST
CoDirecteur de these M. Eric VERDIER Aix-Marseille Université / LEST
Examinateur Mme Patricia LONCLE EHESP
Examinateur M. Pierre-Yves BERNARD Université de Nantes
Rapporteur Mme Sandrine NICOURD Sciences politiques Saint Germain en Laye/ Laboratoire printemps CNRS
Rapporteur M. Francis LEBON Centre de Recherche sur les Liens Sociaux Cerlis CNRS/ Paris Descartes

Résumé de la thèse

Cette thèse s’attache à analyser les rapports sociaux qu’entretiennent l’Education Nationale et le mouvement de l’éducation populaire dans un dispositif de lutte contre le décrochage scolaire dénommé atelier relais, à travers plusieurs niveaux d’analyse, recouvrant les trois parties de ce manuscrit. Dans la première partie, nous élaborons le cadrage théorique et méthodologique de ce travail de recherche. En prenant le parti de réaliser un travail dynamique grâce à une approche éliasienne des phénomènes sociaux. Mais également de mobiliser plusieurs outils conceptuels tout au long de l’analyse. Cette thèse se développe donc à trois niveaux : macro, méso et microsociologique. La deuxième partie concerne la sociohistoire de l’Education Nationale, depuis la troisième République et celle de l’éducation populaire depuis ses origines « officielles ». Ce travail nous permet de mettre au jour les similitudes et les divergences de ces deux sous-mondes tout au long de leur histoire. Nous nous appuyons également sur l’évolution des politiques publiques qui leur sont liées pour comprendre la naissance du concept de décrochage scolaire, de sa prise en charge et ainsi, la création des ateliers relais et du partenariat entre ces deux mondes sociaux. La troisième partie analyse, d’un point de vue mésociologique et à travers le concept de territoires, la manière dont le partenariat entre ces deux mondes s’inscrit dans des réalités locales et ce que cela fait au travail des acteurs tels que les responsables associatifs, les chefs d’établissement et les Inspecteurs de l’Education Nationale chargés de l’Information et de l’Orientation (IEN IO), responsables des ateliers relais. Il apparaît également que ce dispositif à fort cadrage national recouvre en fait des configurations différentes lesquelles façonnent les métiers qui lui sont liés. Enfin, la dernière partie se concentre sur les acteurs opérationnels en interaction directe avec le public accueilli en atelier relais. Nous analysons leur métier, leurs profils sociaux mais également leur travail, prescrit et réel. Tous ces éléments permettent de constater de quelles manières s’agencent les relations entre les différents acteurs et des formes particulières de partenariat. Sont également pris en compte les interventions des acteurs périphériques au travail des acteurs opérationnels tels que les parents et les élèves eux-mêmes.

Thesis resume

This thesis seeks to analyze the social relations between the National Education and the popular education movement in a system to fight against early school leaving called the "ateliers relais", through several levels of analysis, covering the three parts of this manuscript. In the first part, we develop the theoretical and methodological framework of this research work. By taking the party to carry out dynamic work thanks to an Eliasian approach to social phenomena. But also to mobilize several conceptual tools throughout the analysis. This thesis is therefore developed at three levels: macro, meso and microsociological. The second part concerns the sociohistory of National Education since the Third Republic and that of popular education since its "official" origins. This work allows us to bring to light the similarities and divergences of these two sub-worlds throughout their history. We also rely on the evolution of public policies related to them to understand the birth of the concept of dropping out of school, its management and thus, the creation of relay workshops and the partnership between these two social worlds. The third part analyzes, from a mesociological point of view and through the concept of territories, the way in which the partnership between these two worlds fits into local realities and what this does to the work of actors such as associative managers. , school heads and National Education Inspectors in charge of Information and Guidance (IEN IO), responsible for relay workshops. It also appears that this system with a strong national framework actually covers different configurations which shape the trades linked to it. Finally, the last part focuses on the operational actors in direct interaction with the public welcomed in the relay workshop. We analyze their profession, their social profiles but also their work, prescribed and real. All these elements make it possible to see the ways in which the relations between the different actors and particular forms of partnership are organized. The interventions of peripheral actors at the work of operational actors such as parents and the pupils themselves are also taken into account.