Insertion professionnelle

Malgré la diminution globale des possibilités de carrière offertes par le milieu académique, le taux d’insertion des diplômés de l’ED 355 dans les métiers de la recherche (CDI et CDD, France et étranger, secteurs privé et public confondus) est assez encourageant, notamment dans des disciplines comme l’archéologie, l’histoire de l’art, l’anthropologie, la sociologie et les Études romanes.

Il faut par ailleurs insister sur la diversification des débouchés en Sciences Humaines et Sociales et notamment sur le développement de l’emploi des docteurs dans les catégories du secteur public ne relevant pas du domaine académique (par exemple les collectivités territoriales).

Parmi les diplômés des années 2010-2012, 46% exercent une activité professionnelle dans l’enseignement supérieur et la recherche (dont 83% en tant que titulaires).
72% des docteurs de l’ED sont employés dans le secteur public (dont 80% en tant que titulaires) et 25, 4% dans le secteur privé (dont 32% en CDI).

Sur l’ensemble des titulaires de la fonction publiques, 66% (soit 38,2% de l’effectif total) occupent des postes en lien avec la recherche, 34% (soit environ 20% de l’effectif total) dans d’autres secteurs d’activités, dont 61% dans l’enseignement primaire ou secondaire (soit 12% de l’effectif total).

Types d’emplois exercés par les docteurs de l’ED :

  • Archéologue rattaché au Service patrimoine d’une collectivité territoriale
  • Architecte
  • Chargé(e) de recherche CNRS, INRAP ou dans un autre institut (UE et hors UE)
  • Consultant (architecture, urbanisme)
  • Directeur de PME
  • Haut fonctionnaire (en France ou à l’étranger)
  • Ingénieur(e) de recherche (secteur public)
  • Maître de conférences dans une université française ou étrangère
  • Post-doc en France ou à l’étranger
  • Professeur dans l’enseignement secondaire (en France ou à l’étranger)
Par défaut